#ParlonsDuFond – L’égalité femmes-hommes

Publié le 12/11/2020

Alors que nous venons, aux côtés de cinq autres sociétés de gestion, de lancer un appel aux grandes capitalisations françaises à établir un plan d’actions afin d’avoir au moins 30 % de femmes dans leurs instances dirigeantes d’ici 2025, Soliane Varlet, gérante de notre stratégie actions dédiée à l’égalité femmes-hommes, revient sur cette stratégie lancée par Mirova il y a deux ans.

Mirova

Quel est l’objectif de la stratégie actions égalité femmes-hommes de Mirova ?

Le lancement de cette stratégie est parti d’un constat : malgré les progrès importants réalisés au cours des dernières décennies, les perspectives des femmes dans le monde du travail sont toujours loin d’être égales à celles des hommes (accès à l’emploi, emplois moins rémunérés, précaires, travail à temps partiel, etc.). De plus, la progression des femmes dans les organisations se heurte bien souvent à un « plafond de verre » qui les empêche d’accéder aux postes à responsabilité les plus élevés dans la hiérarchie de leur entreprise.

Par ailleurs, nous sommes également convaincus que la diversité hommes-femmes au sein de l’entreprise est un facteur de performance économique pour les entreprises. Fidèles à nos valeurs, nous souhaitions développer un processus d’investissement qui allie recherche de performance financière et impact social avec l’égalité femmes-hommes au sein de l’entreprise.

Nous avons donc lancé une stratégie actions thématique qui investit, sur un univers global, dans des sociétés performantes et engagées en faveur de la diversité. Nous avons pour cela développé des indicateurs quantitatifs et qualitatifs pour évaluer la présence des femmes dans les instances dirigeantes notamment, et plus largement la robustesse de l’engagement des entreprises en matière de diversité.

Pour compléter le dispositif, Mirova a mis en place un partenariat unique : nous nous sommes engagés à reverser une partie des frais de gestion du fonds au Comité ONU Femmes France pour financer les actions d’ONU Femmes en faveur de l’autonomisation des femmes.

Qu’est-ce qui distingue la stratégie de Mirova des autres stratégies d’investissements centrées sur l’égalité femmes-hommes ?

Ce qui caractérise la stratégie de Mirova, c’est sa forte sélectivité, à la fois sur les enjeux ESG (la stratégie a obtenu le label ISR1) et sur les critères de diversité. En outre, nous nous distinguons dans le fait de ne pas retenir le critère de la parité au sein du conseil d’administration, contrairement à la plupart des autres stratégies d’investissement. En effet, le conseil d’administration n’a qu’un rôle de supervision et son impact sur le changement de culture dans l’entreprise est limité.

Nous estimons que la représentation féminine à des postes de direction constitue un facteur clé en faveur d’une plus grande diversité dans les entreprises et constitue une preuve plus tangible de l’engagement d’une entreprise en faveur de l’égalité des sexes. Le véritable défi demeure de pouvoir garantir une progression de carrière permettant d’accéder aux postes de direction. Nous pensons également qu’améliorer la représentation féminine dans les instances dirigeantes peut véritablement changer la culture de l’entreprise et encourager une plus grande diversité en son sein.

Nous avons donc choisi de prendre en compte des critères qui nous semblent générer plus d’impact sur l’évolution de la culture d’entreprise et l’accession des femmes à des postes à responsabilité, c’est-à-dire :

  • une forte proportion de femmes au comité exécutif ;
  • une femme présidente directrice générale, directrice générale ou directrice financière ;
  • un bon équilibre entre la représentation des femmes au sein de l’effectif global et au sein du comité exécutif

Outre ces critères quantitatifs, nous appliquons une analyse qualitative des politiques mises en place pour favoriser la mixité dans les entreprises, comme par exemple les programmes de leadership, les taux de promotion interne, le congé parental rémunéré, etc.

[1] Les références à un label ne préjugent pas des résultats futurs du fonds ou du gestionnaire.

Nous avons élaboré une politique d’engagement ambitieuse destinée à sensibiliser les entreprises, et à inciter l’ensemble des investisseurs à adopter une approche soucieuse de l’égalité des sexes.

Soliane Varlet
gérante de la stratégie actions dédiée à l’égalité femmes-hommes

À quel moment du processus de gestion êtes-vous en mesure de repérer une entreprise engagée en matière d’égalité femmes-hommes ?

Très tôt dans notre processus. En examinant des données chiffrées précises, comme la proportion de femmes au sein du comité exécutif, la proportion de femmes à des postes de direction, etc., nous parvenons à déterminer rapidement si l’entreprise encourage ou non la diversité. Ces données doivent ensuite être analysées au regard des politiques et pratiques en matière d’égalité des sexes.

Mirova a récemment coordonné une déclaration commune de 66 investisseurs visant à promouvoir l’égalité femmes-hommes dans les entreprises, soutenue par ONU Femmes et le Pacte Mondial des Nations Unies

Quel était l’objectif de cette déclaration et quels retours avez-vous eu à ce propos sur le terrain ? 

L’objectif de cette déclaration, diffusée à plus d’un millier d’entreprises cotées à travers le monde, était de sensibiliser les entreprises au fait que ces questions sociales sont d’une importance cruciale pour nous et qu’elles méritent d’être prises en compte par tous les investisseurs.

C’était également l’occasion d’encourager les entreprises à signer les Women’s Empowerment Principles2 créés par ONU Femmes et le Pacte Mondial des Nations Unies : 7 principes auxquels les entreprises peuvent adhérer pour promouvoir l’égalité femmes-hommes.

Suite à cette déclaration, des entreprises se sont révélées surprises de notre intérêt pour des données sur l’égalité femmes-hommes et de notre approche qualitative. Pourtant, en tant qu’investisseur responsable, il nous apparait évident, au regard de l’Objectif de Développement Durable n°5 décrit par l’ONU (« Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles »), que ce critère d’investissement est clé pour favoriser l’accession à l’emploi et l’autonomisation des femmes.

[2] Principes d’autonomisation des femmes
Le label « Investissement socialement responsable » (ISR) a été créé début 2016 par le Ministère des Finances et des Comptes publics avec l’appui des professionnels de la Gestion d’Actifs. Le label vise à favoriser la visibilité de la gestion ISR par les épargnants. Il permet aux investisseurs d’identifier aisément des placements intégrant des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur politique d’investissement. Méthodologie disponible ici
Les informations présentées ci-dessus ne constituent ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. L'accès au produit présenté ici peut faire l'objet de restrictions à l'égard de certaines personnes ou de certains pays.
La stratégie exposée ci-dessus est soumise à des risques spécifiques, notamment les risques de perte de capital, des marchés actions, le risque lié à l’investissement mondial, le risque de change, le risque de modifications des lois et / ou des régimes fiscaux, le risque de concentration du portefeuille, le risque de concentration géographique, le risque lié à la taille de capitalisation des sociétés, et le risque lié aux marchés émergents.
Pour aller plus loin
Femmes
Six sociétés de gestion appellent les grandes capitalisations françaises à établir un plan d’actions afin d’avoir au moins 30 % de femmes dans leurs instances dirigeantes d’ici 2025
Publié le 11/11/2020

Amundi, AXA Investment Managers (AXA IM), La Banque Postale Asset Management (LBP AM), Sycomore Asset Management, ainsi que deux affiliés de Natixis Investment Managers, Mirova et Ostrum Asset Management, soit six sociétés de gestion représentant près de 3 000 milliards d’euros d’actifs sous gestion1, créent le 30 % Club France Investor Group afin de promouvoir une meilleure diversité femmes-hommes au sein des instances dirigeantes des sociétés du SBF 1202.

En savoir plus

agir-pour-égalité-think-tank-marie-claire-unesco-philippe-zaouati
Agir pour l’égalité : Mirova participe à l’événement citoyen du Think Tank Marie-Claire
Publié le 28/09/2020

Du 28 septembre au 2 octobre, Marie Claire organise un grand évènement citoyen qui clôturera une année de son Think Tank « Agir pour l'égalité », dont Natixis est partenaire, et qui vise à sensibiliser et fédérer un maximum d’acteurs autour de l’égalité professionnelle. À cette occasion, Philippe Zaouati, directeur général de Mirova, représente Natixis lors de la table ronde « Comment réinventer le leadership pour une entreprise plus inclusive et égalitaire ? » . Il présente également une étude analysant l’impact de la féminisation des entreprises sur la performance financière.

En savoir plus

plafond de verre
Egalité femmes-hommes: Mirova mobilise 66 investisseurs
Publié le 08/10/2019

Après avoir intégré la problématique de l’égalité femmes-hommes au sein de sa ligne de solutions d’investissement, Mirova coordonne une déclaration commune d’investisseurs visant à promouvoir l’égalité femmes-hommes dans les entreprises. Cette déclaration, co-signée par 66 investisseurs représentant un total de 4.000 milliards d’euros d’encours sous gestion, est soutenue par ONU Femmes et le Pacte Mondial des Nations Unies.    

En savoir plus

Mirova lance un fonds d’investissement dédié à l’égalité femmes-hommes
Mirova lance un fonds d’investissement dédié à l’égalité femmes-hommes
Publié le 05/04/2019

Pionnier de l’investissement à impact, Mirova annonce le lancement d’un nouveau fonds actions thématique dédié à l’investissement dans des entreprises favorisant l’égalité entre les femmes et les hommes et la représentation des femmes au sein des instances dirigeantes des entreprises : Mirova Women Leaders Equity Fund.

En savoir plus

femmes leaders
Promouvoir les femmes grâce à l'investissement
Publié le 30/04/2019

Les 20 dernières années ont été marquées par des progrès significatifs et une prise de conscience accrue de la nécessité de parvenir à l’égalité des sexes en tant que condition préalable au développement durable. Aujourd’hui, la corrélation entre l’accès des femmes à l’éducation et à l’emploi et la croissance économique fait l’objet d’un consensus croissant.

En savoir plus