Promouvoir les femmes grâce à l'investissement

Publié le 30/04/2019

Les 20 dernières années ont été marquées par des progrès significatifs et une prise de conscience accrue de la nécessité de parvenir à l’égalité des sexes en tant que condition préalable au développement durable. Aujourd’hui, la corrélation entre l’accès des femmes à l’éducation et à l’emploi et la croissance économique fait l’objet d’un consensus croissant.

Mirova

Pourtant, malgré les progrès importants réalisés au cours des dernières décennies, les perspectives des femmes dans le monde du travail sont loin d’être égales à celles de leurs homologues masculins. Au-delà de l’accès à l’emploi, la place des femmes dans le marché du travail demeure confrontée à des inégalités qualitatives : emploi moins rémunéré, précaire, travail à temps partiel. En outre, la progression des femmes dans les organisations se heurte bien souvent au « plafond de verre », cette barrière invisible qui les empêche d’accéder aux postes les plus élevés dans la hiérarchie d’une entreprise.

Bien qu’un nombre croissant de pays européens aient pris une position politique ferme pour s'attaquer au problème en imposant des quotas de femmes dans les conseils d'administration, conduisant à une plus grande sensibilisation à la diversité des genres dans le secteur privé, nous considérons que cette approche présente des limites.

À l’inverse, nous estimons que la représentation féminine à des postes de direction constitue un facteur clé en faveur d’une plus grande diversité dans les entreprises et la meilleure preuve de l’engagement d’une entreprise en faveur de l’égalité des sexes. Le véritable défi étant de pouvoir garantir une progression de carrière permettant d’accéder aux postes de direction. En outre, l’amélioration de la représentation féminine au sein des instances dirigeantes induit un effet d’entrainement susceptible de réellement changer la culture de l’entreprise et encourager une plus grande diversité.

De plus en plus, la sous-représentation des femmes, en particulier au sein des postes de direction, est considérée comme un problème, non seulement du point de vue de l’équité et de l’égalité, mais aussi parce qu’elle peut entraver les performances.

De nombreuses études suggèrent qu’une plus grande mixité au sein des instances dirigeantes se traduit par une meilleure performance opérationnelle, de meilleurs rendements et une plus grande profitabilité. En bref, l’augmentation de la mixité, en particulier au niveau des postes de direction, constitue un facteur de double performance, à la fois financière et sociale. À la lumière de ces résultats, nous avons défini un ensemble de critères objectifs pour mesurer l’engagement des entreprises en faveur de l’égalité femmes-hommes. A partir de l’analyse de la représentation féminine au sein des comités exécutifs, complétée par un examen qualitatif approfondi des pratiques des entreprises en matière de mixité, nous avons identifié un univers global de d’investissement composé d’environ 258 sociétés1.

1 Cet univers d'investissement comprend des entreprises identifiées à l'aide des critères décrits ci-dessus qui répondent également aux exigences de nos critères ESG.