#ParlonsDuFond - La finance solidaire

Publié le 07/11/2019

À l’occasion de la Semaine de la Finance Solidaire, Emmanuel Gautier, gérant de fonds solidaires chez Mirova, fait le point sur cette classe d'actifs qui suscite un intérêt grandissant auprès des investisseurs.

Emmanuel-Gautier-Epargne-Salariale-Solidaire-Mirova

 

En quoi consiste la finance solidaire ?

La finance solidaire relie des investisseurs qui cherchent à donner du sens à leur argent à des entreprises à forte utilité sociale, environnementale, territoriale. En France, ces entreprises évoluent principalement au sein de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS). On y trouve des entrepreneurs qui agissent localement dans les domaines du logement, de l’insertion, de la solidarité Nord-Sud, des énergies renouvelables ou encore de l’agriculture biologique et du commerce équitable.

La finance solidaire : un secteur en fort développement ?

Oui ! Depuis 20 ans, le développement soutenu de la finance solidaire a fait évoluer son périmètre. Historiquement ancrée dans l’économie sociale, seules les entreprises qui se différenciaient par des statuts juridiques spécifiques entraient dans le champ de la finance solidaire (associations, coopératives, mutuelles, entreprises d’insertion, fondations). Cette condition a été peu à peu assouplie et a permis aux entreprises commerciales de bénéficier également des investissements solidaires. Plus récemment, un entreprenariat à impact se développe, en particulier dans l’innovation sociale et la transition écologique. Les deux approches se complètent et viennent ainsi nourrir un univers d’investissement toujours plus étendu pour les fonds solidaires. Les placements financiers promus par la finance solidaire ont de ce fait pour ambition de contribuer directement à davantage de solidarité au travers des choix d’investissement réalisés.

La finance solidaire favorise le développement d’un écosystème d’entreprises non cotées en bourse qui apportent des solutions à des enjeux sociaux et environnementaux sur leur territoire.

Emmanuel Gautier
Gérant de fonds solidaires

À quels investisseurs sont destinés les fonds solidaires

On distingue deux types de fonds solidaires : les fonds de partage, dont le rendement est en partie rétrocédé à des organismes agréés solidaires, et les fonds d’investissement solidaires qui investissent directement dans des entreprises solidaires ou d’impact.

Les fonds d’investissement solidaires sont proposés aux investisseurs institutionnels, aux particuliers et aux 10,6 millions de salariés bénéficiant d’un plan d’épargne salariale1

La forte progression des encours de la finance solidaire, qui totalisait 12,6 milliards € fin 20182, prouve que de nombreux Français sont prêts à placer une partie de leur épargne sur des produits financiers socialement responsables. La recherche de sens dans l’épargne est un réel facteur de développement, dès lors que les épargnants peuvent très concrètement contribuer à financer, par exemple, la création d’emplois ou des projets de transition écologique, au plus près de leurs territoires.

Quelles opportunités pour les investisseurs sur cette classe d’actifs ?

Globalement, le système économique doit s’adapter aux enjeux climatiques et sociaux. La réussite de la transition écologique implique de financer des solutions nouvelles qui doivent prendre en compte les principes de solidarité et d’entraide. On parle alors d’une finance durable et inclusive. Cela se traduit par des opportunités d’investissement dans le logement, la santé, l’agroécologie, l’économie circulaire (traitement et recyclage des déchets), la transition écologique, l’économie collaborative et la solidarité internationale.

Cette classe d’actifs permet ainsi de participer à la création de valeur sociale, écologique et économique, tout en favorisant une économie réelle. En termes d’allocation d’actifs, la finance solidaire permet de diversifier un fonds d’investissement ou un patrimoine en investissant dans des actifs réels non spéculatifs offrant un rendement net et une stabilité de l’épargne.

Chiffres clés

12,6 Mds €
encours de la finance solidaire

Source : Finansol, 2018

N°1
société de gestion d’épargne solidaire et de la gestion d’épargne salariale solidaire en France

avec plus de 20% de parts de marché en France pour l'épargne solidaire en 2018
Source : Finansol

10,6 millions
de salariés bénéficient d’un plan d’épargne salariale

 Source : AFG au 31.12.2018

Quelles sont les forces de Mirova sur la gestion solidaire ?

Mirova est la première société de gestion d’épargne solidaire et de la gestion d’épargne salariale solidaire en France, avec plus de 20% de parts de marché en France pour l'épargne solidaire en 20183.

En matière de gestion solidaire, notre connaissance intime du marché de l’ESS, fruit d’une expérience de plus de 20 ans et d’une implication forte auprès des acteurs du secteur, des organismes de place et des pouvoirs publics, a largement contribué ces dernières années à l’évolution positive du marché. Cette compréhension des enjeux nous permet d’être toujours à la pointe de l’innovation en matière de finance solidaire.

Notre capacité de d’origination collaborative est également capitale, par exemple à travers les partenariats entretenus avec France Active ou la Foncière Habitat et Humanisme sur des projets ciblés à fort impact social.

Enfin, Mirova se distingue par son positionnement unique et son engagement sur l’ensemble des innovations clés de la finance positive : gestion thématique, mesure de l’impact carbone des portefeuilles, financement des énergies renouvelables, développement du marché des obligations vertes, financement de projets dans les secteurs de la gestion durable des sols et des océans.

Quels impacts environnementaux et sociaux visés par Mirova à travers ses choix d’investissement ?

Nous intervenons sur les grandes thématiques du solidaire : lutte contre l’exclusion et le chômage, insertion des travailleurs en difficulté, accès au logement, agriculture d’insertion et biologique, activités visant à conserver ou créer la dynamisation des territoires, accès au microcrédit, services de soins aux personnes en difficulté, maisons de retraite solidaires, etc.

Si les objectifs d’impact sont spécifiques à chaque secteur et à chaque projet solidaire, nous avons développé une méthode d’évaluation à la fois suffisamment globale pour que toutes les entreprises solidaires puissent être évaluées sur les mêmes critères et suffisamment individualisée pour que leurs spécificités soient prises en compte.

Ainsi, leur impact social et environnemental peut être mesuré très précisément à travers des indicateurs tangibles en fonction des projets soutenus : nombre de logements sociaux ou partagés créés, nombre d’emplois créés ou maintenus, nombre d’hectares et de fermes en agriculture biologique financés, etc.

Parlez-nous d’un projet solidaire soutenu par Mirova 

Depuis 2013, Mirova accompagne la coopérative Ethiquable. Cette première étape de développement a permis à l’entreprise de faire décoller son chiffre d’affaires en 5 ans (de 14 M€ en 2013 à 51 M€ en 20184). Avec ses 100 salariés et son agrément ESUS, Ethiquable est devenu en 15 ans un acteur de référence du commerce équitable en France. La coopérative propose une gamme de plus de 150 produits d’épicerie équitables et bios issus de l’agriculture paysanne. Leur démarche engagée permet de soutenir une agriculture à taille humaine, avec des pratiques agro-forestières respectueuses des écosystèmes. Ethiquable se lance aujourd’hui dans une nouvelle étape de son développement industriel. La société a initié une levée de fonds, à laquelle Mirova a participé, afin d’implanter en France une chocolaterie équitable et bio à Fleurance dans le Gers. Pour l’entreprise de commerce équitable, c’est un axe stratégique de développement important que d’intégrer la transformation des produits pour maîtriser les filières de la récolte à la mise sur le marché et développer une politique d’innovation produit. Ce projet permet à Mirova d’être partie prenante d’une relocalisation d’activités industrielles, créatrices d’emplois sur les territoires, dans le secteur du bio et du commerce équitable.

1 Source : AFG au 31.12.2018
2 Source : Finansol, 2018
3 Source : Finansol
4 Source : Ethiquable, 2018