Financer la nécessaire transition écologique des transports

Publié le 05/02/2021

À ce jour, les secteurs de l'énergie, de l'industrie, du bâtiment et des transports totalisent ensemble plus de trois quarts des émissions mondiales de gaz à effet de serre, la mobilité concentrant à elle seule pas moins de 24 % des émissions de CO2 dues à la combustion d’énergie1.

Pour limiter le réchauffement climatique conformément aux objectifs de l'Accord de Paris, financer la transition énergétique des transports vers une mobilité décarbonée relève tout autant d’un impératif écologique que d’une opportunité d’investissement vertueux.

Mirova

L'essentiel

  • Une urgence sociale et environnementale ; un levier majeur pour tenir les Accords de Paris
  • Des besoins en investissements massifs : plus de 80 Mds € sont attendus en Europe d’ici 2030 dans les seules infrastructures de charges2.
  • Un agenda politique et réglementaire favorable en France comme en Europe : normes, plans stratégiques, subventions…
  • Des solutions technologiques existantes variées et complémentaires : électrique, hydrogène, biocarburant…
  • De multiples possibilités de financement : des investissements dans des actifs variés, soit via une approche « financement de projets », soit via la prise de participation au capital de développeurs de solutions de mobilité, avec des niveaux de risques associés différents.

La mobilité bas carbone, un marché en plein essor 

Un levier essentiel de la transition écologique

La pollution de l’air générée par les transports, due notamment aux émissions de particules fines et d’oxydes d’azote (Nox), serait responsable de plus de 7 millions de décès prématurés chaque année3.

Décarboner la mobilité ne se limite donc pas à l’impératif écologique et climatique : c’est aussi une priorité sociale. La France s’est donnée un objectif en ce sens : la décarbonation complète du secteur d’ici 20504.

Les solutions technologiques existent pour remplacer les véhicules thermiques par des modes de transports bas carbone (électrique, hydrogène, biocarburant…) et développer une nouvelle infrastructure de recharge.

Encouragée par un agenda politique favorable, cette transition représente une opportunité d’investissement certaine tant les besoins en financement sont élevés.

Un contexte réglementaire porteur

En Europe, les différentes réglementations sont orientées dans le but de renforcer et d’accélérer le déploiement de la mobilité électrique et le développement des infrastructures nécessaires, tant à l’échelon communautaire que national.

Dès 2014, la règlementation européenne introduit des objectifs d’émissions de CO2 devant être observés par les constructeurs automobiles.

En abaissant le seuil des émissions autorisées pour les véhicules neufs à 95 gCO2/km en 2020, 81 gCO2/km en 2025 et sous les 59 gCO2/km en 20305, et en prévoyant des pénalités pouvant atteindre plusieurs milliards de dollars pour les constructeurs ne respectant pas la norme, elle devient un catalyseur majeur du développement du véhicule électrique.

La directive européenne d’octobre 2014 sur le déploiement d’une infrastructure pour carburants alternatifs définit, entre autres, les règles concernant les standards des prises des bornes de recharge de véhicules électriques afin de faciliter leur harmonisation.

Enfin, le 9 décembre 2020, la Commission européenne a dévoilé sa « Stratégie de mobilité durable et intelligente » reposant sur un plan d'action de 82 initiatives, annonçant de futures règlementations favorables à la mobilité durable.

À horizon 2030, la Commission vise 30 millions de véhicules zéro émission en circulation en Europe et 3 millions de points de recharge.

2021 s’annonce donc comme une année charnière pour l’essor des modèles électriques à batterie ou hybride rechargeable alors que près d’une centaine de modèles tout électriques sont attendus.

En France, la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) — feuille de route française cadrant ses émissions de gaz à effet de serre (GES) — vise à décarboner l’énergie consommée par les véhicules et à adapter les infrastructures pour atteindre 35 % de ventes de véhicules particuliers neufs électriques ou à hydrogène en 2030, et 100 % en 2040.

Elle est renforcée par la LOM (loi d'orientation des mobilités), promulguée le 24 décembre 2019, qui définit le cadre nécessaire au bon développement de la mobilité propre, et notamment de son infrastructure.

Par ailleurs, il existe en France tout un jeu de subventions publiques incitatives (achat de borne, bonus écologique, prime à la conversion, etc…).

Zoom sur | Un secteur de plus en plus attractif, aux prévisions prometteuses

En France, on comptait 340 000 véhicules électriques (VE) à fin 2019 (et 470 000 en comptant les hybrides rechargeables) soit 55 % de plus qu’en 20196.

Les prévisions pour les années à venir sont exponentielles :

  • 1M en 20227
  • 5M en 20288
  • 6M en 20309

Les constructeurs ont bien compris les opportunités du marché et avancent à marche forcée :

  • Volkswagen : 70 nouveaux modèles de VE d’ici les prochaines années10
  • BMW : 33 % de leurs ventes en VE d’ici 202511
  • Daimler : 50 % de leurs ventes en VE d’ici 203012
  • Volvo : 50 % de leurs ventes en VE d’ici 202513

 

Des besoins de financement multiples

Rendre plus vertueux les modes de transport des biens et des personnes crée un besoin en financement considérable et très varié :

  • Financement des dépenses de recherche et développement par les industriels
  • Capital risque pour soutenir l’innovation et les startups
  • Capital-croissance pour le passage à l’échelle des solutions
  • Financement d’infrastructures pour réaliser massivement la transition dans les territoires : réseaux de recharge (sur voirie, dans l’habitat, dans les parkings), électrification des infrastructures ferroviaires et de fret, conversion des flottes professionnelles et spécialisées (taxi, logistique du dernier kilomètre, etc.)

Même si la France est plutôt en avance par rapport à d’autres pays en termes d’équipements de recharge par véhicule (on y compte aujourd’hui 300.000 points de charge14), il reste un effort majeur à fournir pour atteindre 7M de points de recharge d’ici à 203015 (soit une multiplication par 20 par rapport à 2019) afin de rassurer les utilisateurs par un maillage du territoire suffisant.

Notre mission : développer l’investissement à impact pour répondre à un double objectif : générer un rendement financier tout en créant un impact social et environnemental positif.

Mirova

Le financement de la mobilité décarbonée

Mirova, acteur de la transition écologique des transports

Fidèle à sa vocation d’accompagner la transition énergétique des différents secteurs, Mirova, un affilié de Natixis Investment Managers dédié à l’investissement durable, apporte des solutions de financement à tout l’écosystème de la mobilité propre (électrique, hydrogène, bio-carburant…).

Mirova finance différents actifs

  • Le stockage embarqué de l’énergie via des batteries ou des piles à combustibles, qui représentent aujourd’hui des surcoûts importants.
  • Le matériel roulant : bus et autocars, trains, véhicules électriques légers, tramways, engins logistique, bennes à ordure ménagère, poids lourds, utilitaires… tous les maillons du transport et de la logistique vont devoir s’électrifier.
  • Les différentes infrastructures de recharge : bornes de recharge pour véhicules électriques (des installations privées aux stations publiques et dépôts de bus) mais aussi stations à hydrogène ou de biocarburants.
  • L’infrastructure intégrée : combinant matériel roulant, infrastructure de recharge et production d’énergie sur site.
  • Avec vingt années d’investissement dans des projets d’infrastructure, Mirova est à-même d’accompagner ses partenaires dans le financement de projets complexes.

Si, jusqu’à présent, l’investissement dans cette transition a pu être porté par les industriels et opérateurs sur leur bilan, l’augmentation significative des volumes et des besoins devrait rendre nécessaires et vertueux des modèles de co-investissement pour réduire la facture ou déconsolider.

Comprendre | Les 3 dimensions de la mobilité bas carbone

graphique-mobilité-décarbonée

 

Mirova réalise deux types d’investissements

  • L’investissement « infra », en finançant directement les infrastructures greenfield (à construire et/ou à déployer) ou brownfield (déjà existantes)
  • L’investissement « corporate », en finançant des entreprises développant et/ou opérant l’infrastructure elle-même.

Mirova intervient selon différentes modalités

Minoritaire ou majoritaire, en purs fonds propres ou dette subordonnée, Mirova adapte ses modalités d’investissement en fonction des risques identifiés (obsolescence technologique, trafic/usage, prix, etc) et des besoins de ses partenaires.

Ces risques peuvent être adressés dans la structuration même du projet (en développant par exemple une flotte captive autour d’une infrastructure donnée) ou par le type d’investissement.

Dans le secteur de la recharge pour véhicules électriques par exemple, alors que les usages encore limités peuvent rendre difficile l’équation économique d’un réseau de bornes, Mirova a fait le choix, dans un premier temps, de remonter dans la chaîne de valeur et d’investir dans Driveco, un installateur-exploitant de bornes de recharge essentiellement pour les besoins d’entreprises.

Ainsi, Mirova a pu s’exposer à ce marché tout en restant préservé du « risque de trafic » (c’est-à-dire à la probabilité qu’il n’y ait pas assez de véhicules venant utiliser les infrastructures de recharge).

Notre engagement : apporter des solutions de financement flexibles pour que nos partenaires puissent déployer leurs activités consommatrices de ressources tout en allégeant leur bilan.

La preuve par l'exemple | 3 deals à suivre

logo-driveco

DRIVECO

Expert de la mobilité électrique et solaire, DRIVECO poursuit son développement sur un marché des solutions de recharge pour véhicules électriques en croissance exponentielle. La société vient de lever un montant significatif de plusieurs millions d’euros auprès de Mirova. 

Découvrir cet investissement

logo-clem

CLEM’

Mirova et la Banque des Territoires investissent près de 3,6 millions d’euros dans une société de projet développée avec la société Clem', spécialiste de l’autopartage de véhicules électriques, dédiée au lancement d’un service inédit d’autopartage de Véhicules Utilitaires Légers électriques à Paris et en Région Île-de-France.

Découvrir cet investissement

logo-hype

HYPE

Pionnier de la mobilité hydrogène avec la flotte de taxis hydrogène la plus importante au monde, Hype franchit une nouvelle étape et lève 80 millions auprès de quatre nouveaux partenaires financiers, dont Mirova. Cette levée permettra d’accélérer le déploiement de stations de distribution d’hydrogène avec de nouvelles mises en service dès 2021 en Île-de-France.   

Découvrir cet investissement

Sources et références
(1) https://www.transportenvironment.org/sites/te/files/publications/01%202020%20Draft%20TE%20Infrastructure%20Report%20Final.pdf
(2) https://www.iea.org/reports/tracking-transport-2020

(3) https://www.who.int/mediacentre/news/releases/2014/air-pollution/fr/
(4) https://ec.europa.eu/clima/policies/transport/vehicles/regulation_fr2 ;
(5) https://www.francemobilites.fr/loi-mobilites/fiches-outils/viser-la-decarbonation-des-transports-terrestres-en-2050
(6) http://www.avere-france.org/Uploads/Documents/161011498173a9d7b7d55aef7bdda9008a7e50cb38-barometre-des-immatriculations-decembre-2020(9).pdf
(7) https://www.automobile-propre.com/100-000-bornes-et-1-million-de-voitures-electriques-en-france-en-2022/
(8) https://polenergie.org/nos-actualites/contribution-du-cea-en-matiere-de-reseaux-energetiques/
(9) https://www.la-croix.com/Economie/France/Le-developpement-voitures-electriques-reseau-sous-tension-2017-02-03-1200822315
(10) https://www.capital.fr/entreprises-marches/volkswagen-veut-lancer-pres-de-70-nouveaux-modeles-electriques-dici-2028-1331049
(11) https://www.automobile-propre.com/breves/ventes-vehicules-electriques-hybrides-rechargeables-2025/a
(12) https://media.daimler.fr/ambition2039-notre-chemin-vers-la-mobilite-durable/
(13) https://www.autoactu.com/actualites/volvo-veut-realiser-50-de-ses-ventes-mondiales-en-ligne-d-ici-2025
(14) https://www.lesechos.fr/partenaires/enedis-la-transition-connecte/bornes-de-recharge-electrique-accelerer-le-maillage-1268490 ;  https://www.enedis.fr/la-mobilite-electrique
(15) https://www.ecologie.gouv.fr/developper-lautomobile-propre-et-voitures-electriques
Les informations fournies reflètent l’opinion de Mirova à la date de ce document et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis.
Witold MARAIS

Witold MARAIS

Investment Manager
emmanuelle ostiari

Emmanuelle OSTIARI

Investment Manager
Pour en savoir plus
visuel voiture electrique
Électrification des transports - une solution de transition écologique
Publié le 05/04/2019

En pleine phase d’accélération dans le tournant vers l’électrification des transports, cette étude a pour vocation d’éclairer sur les défis et solutions liés aux filières des véhicules électriques, mais également d’identifier les segments de l’industrie à haute valeur ajoutée dans ces filières pour orienter l’épargne vers des entreprises clefs dans la transition énergétique.

En savoir plus

éoliennes
Mirova accélère sa présence sur le financement des infrastructures de transition énergétique
Publié le 02/02/2021

Mirova démarre sa cinquième levée de fonds dans les infrastructures de transition énergétique L’équipe vise une taille finale au-delà du milliard d’euros Avec ce nouveau projet, l’équipe souhaite poursuivre l’élargissement de son périmètre d’investissement vers les nouvelles technologies de la transition énergétique

En savoir plus