Bâtiments verts : un chantier d’aujourd’hui pour demain

Publié le 17/12/2021

Selon les Nations Unies, 55 % de la population mondiale vit désormais dans des villes ; un taux d’urbanisation qui devrait s’élever à 68 % d’ici 20501.

Face à de telles perspectives, alors que près de deux milliards de personnes ne sont toujours pas convenablement logées2, et que les émissions de gaz à effet de serre provenant des bâtiments représentent environ 20 % des émissions mondiales3, et 36 % des émissions de l'Union Européenne4, construire et rénover différemment est une nécessité. Les bâtiments constituent un gisement massif de réduction des émissions : cela a d’ailleurs été bien intégré au cœur des politiques publiques, comme en témoigne le Fit for 555, qui réhausse à 3 % l’objectif annuel de rénovation des bâtiments6, intègre la création d’un système d’échange de quotas d’émission spécifique à ce secteur, ainsi qu'une augmentation du pourcentage d’énergies renouvelables utilisées dans les bâtiments.

Suzanne Senellart et Camille Barré expliquent en quoi la stratégie Mirova Europe Environmental Equity7 contribue à l’atteinte des objectifs du Fit for 55, en investissant dans des solutions innovantes à même de répondre aux enjeux liés au secteur du bâtiment, qu’il s’agisse de sobriété énergétique, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, des matériaux utilisés et leur recyclage, et de préservation de la biodiversité.

Mirova

En bref

  • Repenser les bâtiments, qu’ils soient neufs ou existants, est essentiel pour atteindre la neutralité carbone, les émissions de gaz à effet de serre provenant des bâtiments représentant 36 % des émissions de l'Union Européenne*.
  • Le secteur du bâtiment n’est pas confronté uniquement aux enjeux de sobriété énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi aux enjeux liés aux matériaux recyclés et recyclables, et à la préservation de la biodiversité.
  • La stratégie Mirova Europe Environmental Equity vise à investir dans les acteurs développant des technologies et solutions innovantes visant à relever l’ensemble de ces enjeux. Le secteur du bâtiment vert représente 14 % du portefeuille au 30/11/2021.

De multiples enjeux à relever

Collectivement, les bâtiments dans l’Union Européenne représentent 40 % de notre consommation d’énergie et 36 % des émissions de gaz à effet de serre8, qui proviennent principalement des activités de construction, de rénovation et de démolition, ainsi que de l’utilisation des bâtiments.

Le premier enjeu soulevé par la construction de bâtiments est celui des émissions de CO2, qui sont élevées, tout d’abord parce que l’on construit beaucoup , et des bâtiments de plus en plus hauts. Depuis le début des années 2000, la surface habitable en mètres carrés a augmenté de 65 %9, accusant dans le même temps une faible réduction de la consommation énergétique de ces bâtiments, de l’ordre de 15 %10 seulement.

Les constructions sont essentiellement faites de béton, un matériau dont l’ingrédient-clé — le ciment — génère à lui seul 7 %11 des émissions mondiales de dioxyde de carbone, soit trois fois plus que le transport aérien. Le ciment est encore aujourd’hui le matériau le plus consommé dans le monde, à raison de quelques 150 tonnes par seconde12.

Au-delà des matériaux utilisés, il est important de souligner que les bâtiments sont rarement normés dans les pays peu développés, et bien souvent peu performants sur le plan énergétique. L’enjeu est donc à la fois environnemental mais aussi social, la non-conformité des bâtiments exposant les utilisateurs à des risques de sécurité et de santé importants.

Chez Mirova, nous sommes convaincus qu’une économie durable doit se bâtir avec des villes durables. Avec la stratégie Mirova Europe Environmental Equity, nous soutenons les entreprises déployant les meilleures pratiques et les solutions permettant de concevoir des infrastructures et des bâtiments sobres en énergie et à faible empreinte carbone, respectueux de l’environnement et des besoins des usagers.

La préservation de la biodiversité constitue un autre enjeu de taille : en effet, les chantiers mal encadrés peuvent générer des déchets, qui peuvent être sources de pollution de l’air, de l’eau et des sols. De plus, l’étalement urbain et l’artificialisation des sols13 constituent l’une des premières causes de l’érosion de la biodiversité14 (la transformation d'un espace naturel en sol artificialisé modifie, voire détruit, l'habitat des espèces animales ou végétales), mais également du réchauffement climatique.

En effet, un sol artificialisé n’absorbe plus de CO2 et participe donc à la hausse des températures. Il perd également sa capacité à absorber l’eau de pluie, multipliant ainsi les risques d’inondations. Enfin, sur le plan agricole, l’artificialisation des sols limite la production alimentaire.

Penser le secteur du bâtiment sous le seul prisme de la construction ne sera pas suffisant pour atteindre la neutralité carbone et préserver la biodiversité. Il est également nécessaire de repenser la rénovation des bâtiments existants : aujourd’hui, environ 75 % des bâtiments de l’Union Européenne ne sont pas efficaces d’un point de vue énergétique, alors même que 95 % des bâtiments actuels seront toujours utilisés en 205015. Malgré ce constat alarmant, le pourcentage de bâtiments qui sont rénovés dans un but d’efficacité énergétique est de 1 %16 en Europe. L’un des objectifs du Fit for 55 est la rénovation de 3 % des bâtiments rénovés par le secteur public chaque année17.

La rénovation des bâtiments n’a pas seulement un impact positif sur les émissions carbones, elle contribue également à diminuer la précarité énergétique, ce qui n’est pas négligeable lorsque l'on sait que presque 34 millions d’européens ne peuvent pas chauffer correctement leurs lieux d’habitations18.

La transition vers la ville durable en actions

Les solutions et technologies permettant de contribuer à la construction de la ville durable existent déjà, et constituent autant d’opportunités d’investissement. Le bâtiment vert constitue d’ailleurs l’une des thématiques de la stratégie Mirova Europe Environmental Equity, qui investit depuis près de 15 ans dans des acteurs développant des solutions en faveur de la transition environnementale et énergétique.

Afin d’atteindre les objectifs fixés par le Fit for 55, il est nécessaire d’avoir une vision exhaustive des enjeux auxquels le bâtiment est confronté, qu’il s’agisse de construction, de rénovation et de démolition, ainsi que d’utilisation des bâtiments. C’est toute l’approche de la stratégie Mirova Europe Environmental Equity, qui investit dans plusieurs types de solutions, notamment pour :

  • Réduire les émissions issues de la fabrication du béton, en remplaçant le ciment par des rebuts de l’industrie ou des résidus organiques (des roches volcaniques par exemple) ; ou en réduisant la consommation de chauffage (actuellement 1 450°C) en le « chauffant à froid ».
  • Construire des bâtiments à énergie positive ou, à minima, non émetteurs, en utilisant des matériaux de construction bas carbone, tels que le bois, en déployant des matériaux innovants et de nouvelles méthodes d’isolation permettant de réduire la consommation énergétique de l’infrastructure, ou encore en installant des équipements de production d’énergie comme les panneaux solaires sur toiture.
  • Construire des bâtiments pleinement intégrés à leur environnement, intégrant leurs impacts environnementaux et sociaux. Le bâtiment est ainsi pensé comme un ensemble devant s’insérer en symbiose avec son quartier et avec la biodiversité urbaine locale en exploitant, par exemple, la « 5ème façade » : le toit. C’est une démarche encadrée par des labels tels Biodivercity®, WiredScore® ou encore Well® qui — au-delà des labels déjà bien établis du type HQE (Haute Qualité Environnementale19), LEED20 (US) ou BREEAM21 (UK)— visent à certifier la prise en compte de critères tels que la diversité des écosystèmes et des espèces, ainsi que la qualité de vie à l’intérieur des bâtiment.

Au cœur de la stratégie Mirova Europe Environmental Equity

Focus sur SAINT-GOBAIN : Make the World a better home

Visant à répondre aux enjeux du changement climatique et de la raréfaction des ressources — mais aussi à favoriser la santé et le bien-être des occupants — la construction durable considère l’ouvrage dans son ensemble, de la fabrication à la déconstruction du bâtiment en fin de vie. Elle s’appuie sur de nouvelles pratiques impliquant toute la chaîne de construction, à commencer par des matériaux de construction sûrs et performants, recyclés, recyclables ou réutilisables, à faible empreinte carbone sur l’ensemble du cycle de vie.

    logo-saintgobain

    Né de la volonté de Louis XIV en 1665 sous le nom de « Manufacture des Glaces de miroirs », Saint-Gobain est aujourd’hui présent dans 72 pays et compte plus de 167 000 collaborateurs. Le Groupe et ses dizaines de marques spécialisées conçoivent, produisent et distribuent des matériaux et des solutions qui se retrouvent partout dans l’habitat et la vie quotidienne : bâtiments, transports, infrastructures, ainsi que dans de nombreuses applications industrielles. Ils visent à apporter confort, performance et sécurité tout en répondant aux défis de la construction durable, de la gestion efficace des ressources et du changement climatique.

    Saint-Gobain s’est engagée à réduire sa consommation d’énergie et ses émissions de gaz à effet de serre liées à ses activités industrielles, ses infrastructures et ses transports, en fixant notamment un prix interne du carbone afin de stimuler les projets de R&D à faible émission de CO2.

    Chiffres clés

    • Chiffre d’affaire 2020 : 38 milliards d’euros
    • Croissance organique sur 5 ans : + 2 %
    • Marge Ebitda 2020** : 11,6 %
    Source : Saint-Gobain

    Des produits de haute performance

    • Eglas®, un vitrage chauffant qui, sous l’action d’un courant électrique, diffuse une chaleur douce et homogène. Il peut être utilisé dans les doubles vitrages des fenêtres, baies vitrées et vérandas comme chauffage d’appoint ou principal.
    • Sageglass LightZone®, un vitrage dynamique électrochrome à teinte variable ayant la particularité de se teinter en fonction du degré d’ensoleillement. Il remplace les stores intérieurs tout en offrant une protection solaire et thermique optimale.
    • Le plâtre aimanté, un matériau de construction et d’isolation qui révolutionne l’aménagement des espaces intérieurs. Finies les traces de colle sur les murs grâce aux particules aimantées qui se fixent directement sur les parois, sans support additionnel.
    • Novelio® CleanAir, un revêtement mural qui — en plus de recouvrir fissures et irrégularités — absorbe et capture de façon définitive 50 % du formaldéhyde, un polluant aérosol émanant des colles, peintures et autres produits stratifiés issus de travaux de rénovation/construction.
    • Laine de verre Isover®, qui contient jusqu’à 90 % de verre recyclé et dont le nouveau liant sans formaldéhyde est produit à partir de matières biosourcées.

    Autres innovations et tendances technologiques

    • Le Building Information Modeling (BIM) : la modélisation digitale utilisée pour anticiper la performance finale du bâtiment ou encore corriger les erreurs de conception ;
    • Le préfabriqué et l’impression 3D : des techniques légères, flexibles et facilitant la créativité architecturale ;
    • L’activité gypse et plafond : elle développe des produits aux spécificités techniques telles que la protection contre le feu, la résistance à l’humidité et l’isolation thermique.

    « Avec et pour ses clients, Saint Gobain conçoit, produit et distribue des matériaux performants et des solutions qui ont un impact positif sur la vie de chacune et de chacun, et qui apportent bien-être et qualité de vie, tout en prenant soin de la planète. C’est l’ambition profonde exprimée par sa raison d’être : Making the World a Better Home. »

    Focus sur KINGSPAN : Better Buildings for a Better World

    Le bâtiment du futur est synonyme de performance maximale. Il doit lutter contre le changement climatique en maximisant son efficacité énergétique grâce à une qualité thermique supérieure tout en incorporant des produits à plus faible teneur en carbone tout au long de son cycle de vie. Producteur de sa propre énergie renouvelable, sain, inspirant, optimisant les bénéfices de la lumière du jour, de l’air frais et propre, il est conçu, bâti et exploité de manière à protéger les ressources naturelles et à économiser l’eau autant que possible. Et bien sûr, il protège les personnes et les biens contre les incendies et les autres risques naturels.

    logo-kingspan

    Avec 14 000 collaborateurs œuvrant sur 130 sites de fabrication dans plus de 60 pays à travers le monde, Kingspan Group est un leader mondial en matière de solutions d’isolation et d’enveloppe du bâtiment pour des constructions à haute performance énergétique et à faible émission de carbone.

    Rien qu’en 2018, ses produits isolants ont permis d’économiser 192,7 millions de MWh d’énergie et d’éviter l’émission de 38,15 millions de tonnes de CO2.

    L’entreprise s’est dotée d’une nouvelle stratégie globale de développement durable pour les 10 prochaines années, « Planet Passionate », qui vise à agir sur trois grandes préoccupations mondiales : le changement climatique, la circularité et la protection du milieu naturel.

    Chiffres clés

    • Chiffre d’affaire 2020 : 4,5 milliards d’euros
    • Croissance organique sur 5 ans : + 3 %
    • Marge Ebitda 2020** : 13 %
    Source : Kingspan Group

    Des produits de haute performance

    • Kingspan QuadCoreTM, une technologie de panneaux sandwich isolants à âmes organiques qui apporte de multiples avantages, parmi lesquels la meilleure performance thermique du marché (Lambda 0,020 W/m.K - certifié ACERMI).
    • UltraTech Versatile, des solutions techniques innovantes et polyvalentes (système ultra étanche CLEANsafe, revêtement antibactérien HYGIENEsafe…) adaptées à de nombreuses industries, de l’aéronautique aux nanotechnologies, qui ont besoin de travailler en salle blanche à haute performance.
    • BioFicient+®, une nouvelle génération de micro-stations de traitement complet des eaux usées, développée pour traiter les eaux usées domestiques dans un système simple et compact. L’épuration s’effectue en trois étapes, dans une seule et unique cuve, autonome, robuste et légère, facile à installer et sobre en électricité.

    « Nous pensons que pour parvenir à des environnements bâtis durables et véritablement à l’épreuve du temps, tous les bâtiments doivent être conçus, construits et exploités de manière à offrir 10 avantages essentiels : efficacité énergétique, carbone incorporé, circularité, performance au feu, bien-être des occupants, conservation de l’eau, matériaux sains, digitalisation, valeur immobilière et efficacité de la construction. C’est toute l’approche de Kingspan. »

    Focus sur HOFFMANN GREEN CEMENT TECHNOLOGIES : Pionnier du ciment décarboné 0 % clinker

    Avec 4,6 milliards de tonnes produites dans le monde par an (soit 150 tonnes par seconde !), le ciment représente la 2ème industrie la plus émettrice de CO2. Le dioxyde de carbone est essentiellement émis lors du processus de décarbonatation du calcaire par cuisson au four rotatif à 1 450°C pendant 18 heures, permettant d’obtenir le clincker, l’un des principaux constituants du ciment, lui-même ingrédient du béton. Matériau manufacturé le plus consommé au monde, il était impératif que le ciment entame sa révolution.

    logo-hoffmann-green-cement-tech

    Hoffmann Green Cement Technologies, véritable aventure industrielle, invente et propose des ciments décarbonés 0 % clinker performants, en rupture totale avec les technologies existantes et capables de répondre aux enjeux du changement climatique.

    • mars 2014 : David Hoffmann, scientifique, et Julien Blanchard, entrepreneur, décident de mettre au point et de fabriquer à l’échelle industrielle des ciments nouvelle génération, présentant une empreinte carbone significativement réduite par rapport au ciment traditionnel Portland.
    • août 2016 : Le futur Président de la République, Emmanuel Macron, visite le laboratoire. septembre
    • 2018 : Déjà labellisée Horizon 2020 pour la Recherche et l’Innovation en Europe, l’entreprise intègre le très ambitieux Programme d’Investissements d’Avenir Français 3 (PIA3).
    • 22 novembre 2018 : Inauguration d’un premier site de production 4.0 respectueux de l’environnement et des principes de l’économie circulaire.
    • octobre 2019 : Levée de fond record de près de 75 millions d’euros sur le marché Euronext Growth Paris.
    • 2022 et 2023 : Ouverture prévue de 2 nouveaux sites de production en Vendée et en Île-de-France, pour atteindre une capacité de production de 550 000 tonnes par an à horizon 2024.

    Hoffmann Green Cement Technologies opère exclusivement en France et compte 13 employés.

    Misant sur l’innovation, l’entreprise entend doubler ses ressources humaines dédiées à la R&D d’ici 2024 et a initié la formalisation de sa politique EHS.

    Grâce au nouveau ciment H-IONA, Hoffmann Green Cement Technologies divise l’empreinte carbone du ciment par 6, à performances égales voire supérieures.

    En 2020, son utilisation a permis d’éviter l’émission de 710,6 tonnes de CO2 et l’extraction de 1 435 tonnes de calcaire.

    Chiffres clés

    • Chiffre d’affaire 2020 : 504 000 euros
    • Progression du carnet de commandes 2020 : 18 %
    • Objectif de Chiffre d’Affaires 2026 : 130 millions d’euros
    • Objectif de marges Ebitda* : atteinte de l’équilibre en 2024 et un objectif de 40 % en 2026
    Source : Hoffmann Green Cement Technologies

    Un processus de fabrication à froid unique au monde, propre et révolutionnaire

    Le processus de fabrication des ciments Hoffmann Green repose sur l’utilisation et la valorisation systématique de co-produits et de résidus abondants — issus de l’industrie et de la construction — en substitution des ressources naturelles :

    • le laitier de haut fourneau est issu de l’industrie métallurgique et sidérurgique ;
    • l’argile flashée est un co-produit issu des boues d’argile ;
    • gypse et désulfogypse sont issus de déblais de chantier.

    Cette innovation permet de produire un ciment décarboné 0 % clinker tout en préservant les ressources naturelles, notamment sans recourir à l’exploitation de carrières.

    Sans avoir à recourir à un procédé de cuisson, l’impact carbone est significativement réduit par rapport au processus de fabrication du ciment traditionnel.

    Sans four ni cheminée, les usines Hoffman sont implantées au plus près des espaces urbains et des zones de grands travaux, s’adressent ainsi aux trois marchés principaux du ciment :

    • béton préfabriqué : livraison et assemblage des éléments sur chantier ;
    • Béton Prêt à l’Emploi (BPE) : transport du béton préparé en usine jusqu’au lieu d’utilisation ;
    • sacs de ciments : commercialisés à destination des professionnels et du grand public.

    « La raison d’être de Hoffmann Green Cement Technologies est d’agir sur le climat et l’environnement autrement et dès maintenant, en concevant et produisant des ciments décarbonés 0 % clinker. Grâce à ses solutions technologiques innovantes, les acteurs de la construction pourront réduire significativement leur empreinte carbone avec un béton écoresponsable afin de créer les villes durables de demain. »

    SENELLART Suzanne

    Suzanne SENELLART

    Head of Environmental Equities
    Camille Barré

    Camille BARRÉ

    SRI Analyst
    *https://ec.europa.eu/info/news/focus-energyefficiency-buildings-2020-feb-17_fr
    **Mesure du bénéfice d’exploitation d’une entreprise en pourcentage de son chiffre d’affaires. L’acronyme EBITDA signifie bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement.
    1. Source Nations Unies
    2. Source Nations Unies
    3. Source : IPCC, IEA, Mirova
    4. https://ec.europa.eu/info/news/focus-energy-efficiency-buildings-2020-feb-17_fr
    5. Le Fit for 55 est le paquet législatif européen le plus ambitieux en matière de transition environnementale, à la fois en termes d’horizon temporel et d’implications sectorielles. Les mesures du Fit for 55 visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre territoriales de 55 % d’ici 2030 par rapport à 1990.
    6. https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/ip_21_3541
    7. Tout investissement comporte des risques, y compris le risque de durabilité et de perte en capital
    8. https://ec.europa.eu/info/news/focus-energy-efficiency-buildings-2020-feb-17_fr
    9. https://www.iea.org/reports/tracking-buildings-2020
    10. https://www.iea.org/reports/tracking-buildings-2020
    11. Association mondiale du ciment et du béton (GCCA)
    12. Association mondiale du ciment et du béton (GCCA)
    13. Ce phénomène consiste à transformer un sol naturel, agricole ou forestier, par des opérations d’aménagement pouvant entraîner une imperméabilisation partielle ou totale, afin de les affecter notamment à des fonctions urbaines ou de transport (habitat, activités, commerces, infrastructures, équipements publics…)

    14. Source : Ministère de la Transition Ecologique
    15. https://ec.europa.eu/energy/topics/energy-efficiency/energy-efficient-buildings/renovation-wave_en
    16. https://ec.europa.eu/energy/topics/energy-efficiency/energy-efficient-buildings/renovation-wave_en
    17. https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/ip_21_3541
    18. https://ec.europa.eu/energy/topics/energy-efficiency/energy-efficient-buildings/renovation-wave_en
    19. Le label Haute Qualité Environnementale (HQE) a été créé en 2004 pour reconnaître les qualités et performances des bâtiments en accord avec un référentiel exigeant
    20. Le label LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est un programme de standardisation des bâtiments respectant des critères de haute qualité environnementale.
    21. BREEAM (Méthode d’évaluation des performances environnementales des bâtiments développée par le Buiding Research Establishment - BRE) est un standard de référence en termes de construction durable.
    Les valeurs mentionnées dans cet article le sont à titre illustratif uniquement et ne constituent en aucun cas un conseil en investissement, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Les informations fournies reflètent l’opinion de mirova à la date de ce document et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis.
    Autres publications
    Économie circulaire, stratégie Mirova Europe Environmental Equity
    Répondre aux défis de la consommation par l’économie circulaire
    Publié le 06/12/2021

    La transition environnementale est un sujet protéiforme qui affecte à la fois nos modes de production et de consommation. Elle s’inscrit pleinement dans la réalité économique, pour réduire significativement les impacts sur l’environnement et préserver notre planète. Ces enjeux sont de mieux en mieux compris et portés par les mesures de relance, plus particulièrement en Europe. La transition environnementale et énergétique est en effet pleinement intégrée au cœur des politiques publiques et de la législation, comme en témoigne le Fit For 551, qui présente des mesures d’une ampleur inédite visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre territoriales de 55 % d’ici 2030 par rapport à 1990 tout en augmentant la séquestration de carbone dans les sols. Suzanne Senellart et Hadrien Gaudin-Hamama présentent dans cet article les principales implications du Fit for 55 et en quoi la stratégie Mirova Europe Environmental Equity2 contribue à l’atteinte de ses objectifs. Ils expliquent également en quoi cette stratégie vise à relever les enjeux majeurs soulevés par la transition environnementale, en investissant notamment dans l’économie circulaire3.

    En savoir plus

    Green Vision : série pédagogique sur la transition de l’économie vers un modèle plus durable
    Green Vision : série pédagogique sur la transition de l’économie vers un modèle plus durable
    Publié le 05/10/2021

    Natixis Investment Managers et Mirova vous invitent à voyager au cœur de la transition vers un monde plus durable. Parce que de nombreuses opportunités naissent des plus profonds bouleversements, Green Vision vous propose de découvrir comment les acteurs de différents secteurs peuvent contribuer à la transition vers un modèle plus durable et révolutionner votre manière d'envisager vos investissements. Retrouvez les experts en analyse ESG de Mirova, qui vous livreront les clefs pour identifier les risques, mais aussi les opportunités que recèlent ces secteurs.

    En savoir plus

    Green Bonds : quand les obligations entrent en révolution
    Green Bonds : quand les obligations entrent en révolution
    Publié le 26/10/2021

    Le monde a été alerté des enjeux climatiques et environnementaux il y a plus de 30 ans par le GIEC1, et les États ont pris des mesures il y a plus de 10 ans sur ces sujets, l’objectif étant d'atteindre la neutralité carbone et ainsi de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C2. Nous en sommes pourtant bien loin : en effet, l’ONU a publié en septembre un rapport montrant que le monde est sur un chemin catastrophique, vers 2,7°C de réchauffement3. La révolution industrielle et environnementale à mener pour accélérer la transition environnementale et énergétique est une nécessité. À travers les émissions vertes et durables, les investisseurs peuvent participer à la transition environnementale et énergétique, en ayant un double impact : financier et environnemental. C’est tout l’objet de la stratégie Mirova Global Green Bond4.

    En savoir plus