Contacts | Sites Natixis
>>>L'ISR, un outil pour la transition écologique ?

L'ISR, un outil pour la transition écologique ?

24/09/2012

La conférence environnementale a donc accouchée d'une feuille de route pour une transition écologique. 

Si les acteurs dudéveloppement durable et les ONG ont réagi plutôt favorablement à cette nouvelle relance politique verte, qu'en est-il desacteurs de la finance responsable ? L'investissement socialement responsable (ISR) trouvera-t-il sa place comme un outilau service de la transition écologique ?

Officiellement, l'ISR est considéré comme un levier pour faire évoluer les comportements et orienter l'épargne vers lessecteurs vertueux et favoriser ainsi le développement durable. La Stratégie nationale de développement durable 2010-2013identifie l'ISR comme « un des leviers d’action encourageant les entreprises à s’engager dans une démarche deresponsabilité sociétale avancée ». Le Conseil économique pour le développement durable insiste quant à lui en 2011 sur« la nécessité de développer l’ISR, solution concrète pour flécher l’épargne sur la croissance verte ».

La promotion de l'ISR est donc assez logiquement l'un des engagements du Grenelle Environnement. L’article 53 de la loidu 3 août 2009 relative à la mise en œuvre du Grenelle Environnement (dite loi « Grenelle I ») prévoit que l’ISR seraencouragé par des mécanismes incitatifs et des campagnes d’information. Le ministère du développement durablereconnaît que « le développement de l’ISR nécessite en effet d’importants efforts de communication et de pédagogie afinde faire connaître cette forme d’investissement auprès des particuliers qui, en tant qu’épargnants, peuvent y adhérer.» Cettevolonté de commencer par un effort pédagogique a donné naissance à la Semaine de l’ISR, lancée en 2010. Placée sousle haut patronage du ministère du Développement durable, elle vise à` « promouvoir l’ISR auprès des particuliers, desprofessionnels et des institutionnels ».

Avec la deuxième étape du Grenelle, on prend conscience que la pédagogie ne suffit pas et qu'il est nécessaire d'inciter lesprofessionnels à développer des offres ISR faciles à repérer par les investisseurs. L’article 224 de la loi Grenelle 2 met enplace un dispositif contraignant qui vise « à faire préciser clairement aux sociétés de gestion de portefeuille si les critèresenvironnementaux, sociaux et de bonne gouvernance sont pris en compte dans les fonds qu’elles gèrent et, le cas échéant,de quelle manière ». L'objectif poursuivi est une plus grande transparence de la politique de gestion des sociétés degestion, et l'espoir que cette transparence entraina une augmentation de cette forme d’investissement.

La feuille de route du gouvernement pour la transition écologique poursuit dans cette voie de l'information et de latransparence, avec la conviction que si les produits financiers responsables sont clairement identifiés, ils trouverontnaturellement leur public. Le point n°15 de la feuille de route précise les objectifs : « Le choix des investisseurs vers desfonds porteurs de responsabilité environnementale et sociale sera mieux guidé grâce au développement d’une informationfiable, opérationnelle et traçable. Un label ISR sera élaboré ».

La question du label ISR est récurrente depuis de nombreuses années. Comment définir précisément un fondsd'investissement responsable ? Quels critères doit-on retenir ? Le label octroyé par Novethic est un premier pas significatif,mais il est encore insuffisant pour de nombreuses raisons : pas assez de consensus sur la méthodologie, concurrence delabels avec celui du CIES sur l'épargne salariale, et surtout notoriété insuffisante auprès du grand public. Pour être efficace, la mise au point d'un label ISR doit être issu d'un travail collectif incluant l'AFG, Novethic, le Forum pour l'investissementResponsable (FIR), le CIES, mais aussi des représentants des distributeurs, notamment des banques. Si la feuille deroute peut créer les conditions pour que ce travail commence rapidement et donne naissance à un label aussi fort etrépandu que ceux du «bio» ou du commerce équitable, nous aurons fait un grand pas.

 


Source : Agefi - http://www.agefi.fr/wikifinance/etudes/